Accueil / Démocratie / Constitution & Elections / Articles Constit & Elections / Dernière plénière de l’Assemblée Nationale Constituante
Dernière plénière de l’Assemblée Nationale Constituante

Dernière plénière de l’Assemblée Nationale Constituante

La dernière plénière de l’ANC s’est ouverte sur une triste nouvelle, celle de la mort du député Mohamed Allouch, décédé la veille des suites d’une crise cardiaque. L’émotion des députés était palpable tout au long du processus de validation des derniers articles de la Constitution. Deux d’entre eux ont même quitté l’hémicycle car ils ne pouvaient accepter d’assister à cette séance après la disparition de leur regretté collègue.

La veille, malgré une longue attente des députés et des observateurs, la séance a été ajournée faute de consensus  trouvé durant la journée sur la question de l’article 6 et les dispositions transitoires.

Le polémique article 6 a été revoté une troisième fois avec un nouvel amendement qui a vraisemblablement trouvé grâce  aux yeux des députés. En l’état, l’article interdit toujours les accusations d’apostasie mais il défend désormais aussi les atteintes au Sacré.

Une fois de plus, l’Assemblée a été le théâtre d’une colère magistrale du député Ibrahim Gassas. Ce dernier a hurlé des propos décousus au milieu de l’hémicycle avant d’être rappelé à l’ordre par le Président. Cette fois-ci, les rires habituels qui accompagnent les hurlades d’Ibrahim Gassas n’étaient plus. Qu’ils soient députés ou observateurs, tous gardaient un air grave. Il n’était plus question de perdre de temps dans des gesticulations malvenues alors qu’une échéance capitale se profilait et que le bout du tunnel législatif était de plus en plus proche.

L’un des moments cruciaux a été le vote de l’amendement autour de la baisse de l’âge d’éligibilité aux élections législatives de 23 à 20 ans. Pendant plusieurs jours, des organisations de jeunesse ont fait un travail de Lobbying important au sein de l’ANC afin de convaincre les députés du bien-fondé de la modification de l’article 52. Au prix d’une organisation sans faille, ils ont réussi à recueillir le nombre  nécessaire de signatures afin de rouvrir le débat autour de cette disposition. Les députés ont néanmoins rejeté la proposition en gardant l’âge minimum à 23 ans.

A la lecture du très long article 146 par le rapporteur général Habib Khedher, le vote des dispositions transitoires a conclu plus de deux années de labeur pour doter la Tunisie d’une Constitution à la hauteur des revendications populaires.

Le dernier vote en plénière s’est conclu par des applaudissements chaleureux et le chant de l’hymne national par l’ensemble des présents. Plusieurs députés ont pris la parole pour saluer la mémoire de leurs collègues Mohamed Brahmi et Mohamed Allouch.

Malgré un chemin encore long jusqu’au vote de l’entièreté du texte Constitutionnel, un sentiment général de soulagement était perceptible au sein de l’Assemblée. Les articles dont il a été question durant cette dernière séance : Article 87 validé avec 177 voix pour, 2 abstentions et 1 voix contre.

Article 118 validé avec 165 voix pour, 6 abstentions et 3 voix contre.

Article 119 validé avec 158 voix pour, 14 abstentions et 5 voix contre.

Article 35 validé avec 135 voix pour, 24 abstentions et 15 voix contre.

Article 6 validé avec 152 voix pour, 16 abstentions et 15 voix contre.

Article 38 validé avec 173 voix pour, 6 abstentions et 6 voix contre.

Article 146 validé avec 158 voix pour, 18 abstentions et 5 voix contre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top