Accueil / A propos / Participation de la JFRC au projet d’appui aux droits de l’Homme et à l’Etat de droit en Tunisie

Participation de la JFRC au projet d’appui aux droits de l’Homme et à l’Etat de droit en Tunisie

La Fondation Jasmin pour la Recherche et la Communication participe depuis 2015, en tant que bénévole et en raison de sa spécialisation dans la Recherche, dans un comité de pilotage comprenant trois associations, à savoir la LTDH, la JFRC, et le CAPJC. A rappeler que le comité est composé exclusivement de bénévoles.

Au lancement effectif du projet d’appui aux droits de l’Homme et à l’Etat de droit en Tunisie, à l’automne 2015, les trois représentants de la société civile interviennent intuitu personae comme experts pour conseiller lors des échanges en comité de pilotage, mais ne jouent aucun rôle dans la mise en œuvre du projet et ne reçoivent aucun financement du projet. Ils veilleront à appuyer les Droits de l’Homme, à maintenir le dialogue entre la société civile et les institutions publiques et à préserver la liberté d’expression.

Le projet, au profit de qui ?

Un accord a été signé entre la Tunisie et la France en avril 2015 pour financer le PADHED. 400.000 euros ont été associés au projet et mis en œuvre par deux opérateurs: le CFI, Canal France International, et IFEDA, centre d’Information, de Formation, d’Etudes et de Documentation sur les Associations.

Le PADHED comporte maintes activités dans les domaines suivants :

  • Le cadre juridique des instances constitutionnelles et indépendantes, les Droits de l’Homme et la gouvernance.
  • Formation à la promotion et à la défense des Droits de l’Homme.
  • L’empowerment et l’autonomisation des médias dans le domaine des Droits de l’Homme.

Le centre IFEDA a été chargé des deux premiers domaines des activités tandis que le CFI s’est chargé du troisième.

Pourquoi un comité de pilotage a été mis en place ?

Le comité de pilotage a été créé dans le but de contrôler et suivre la réalisation du projet. Le comité est composé du côté tunisien par le ministère des Relations avec les Instances Constitutionnelles et du côté français par l’Ambassade de France et l’Agence Française du Développement (AFD), ainsi que les représentants bénévoles de la Société Civile tunisienne (Mokhtar Trifi de la LTDH, Tasnim Chirchi de JFRC et Abdelkarim Hizaoui de la CAPJC).

Le rôle de ce comité se limite à accompagner et suivre les différentes activités du projet sans avoir aucune prérogative de diriger le projet. Son rôle est exclusivement d’assurer et maintenir un dialogue entre la Société Civile et les organismes officiels pour que le projet atteigne ses objectifs, vu qu’il est essentiellement destiné à assurer la participation citoyenne et de la Société Civile dans l’élaboration des cadres juridiques, législatifs et institutionnels des instances constitutionnelles et la société civile et les droits de l’Homme, raison pour laquelle les organisations citées ont été choisies.

Où ira cet argent ?

Les 400.000 euros associés au projet sont à la disposition du ministère des relations avec les instances constitutionnelles pour financer les activités du projet et les plans d’action. Les associations faisant parties du comité de pilotage ne toucheront rien de cet argent et ne seront aucunement financé de la part du ministère.

À propos Wassim Dalil

Wassim Dalil
ناشط بالمجتمع المدني، رئيس تحرير مواقع اخبارية، مراقب إعلامي

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top