Accueil / Economie & Développement / Activités Eco & Dev / Intervention de M. Zouheir Elkadhi dans la conférence “La gouvernance publique en phase de transition démocratique”

Intervention de M. Zouheir Elkadhi dans la conférence “La gouvernance publique en phase de transition démocratique”

Mr Zouheir Elkadhi est économiste en chef à l’Institut Tunisien de Compétitivité et d’Etudes Quantitatives, membre du conseil du laboratoire Prospective, Stratégie et Développement Durable (PS2D), il est également enseignant dans plusieurs universités tunisiennes.

Lors de la conférence organisée le 17 avril 2014 sur la gouvernance publique en phase de transition démocratique, par JF, AGI et d’autres partenaires, Mr Zouheir Elkadhi, a traité lors de la première session de cette conférence, du thème de l’évaluation des politiques publiques. Selon M. Elkadhi, l’évaluation des politiques publiques est un thème fort complexe. C’est un outil qui vise à produire des informations sur les actions, les programmes ou les projets  publics avec un double objectif , d’abord de permettre aux citoyens d’apprécier la valeur de la politique publique puis d’aider le décideur à améliorer l’efficacité, la cohérence et les impacts de cette même politique. C’est un outil privilégié de la réforme de l’État et de la réforme de la politique budgétaire.

Les finalités de l’évaluation sont d’optimiser l’allocation de ressources, produire une bonne information en direction des citoyens, apprécier l’impact des politiques publiques, améliorer la qualité des fonctionnements des ressources, rationaliser  la prise de décision, mobiliser l’action des acteurs et des partenaires et enfin rendre compte de l’action publique.

M. Elkadhi a parlé de cinq mesures importantes dans le cadre de l’évaluation : la pertinence, l’efficience, l’efficacité, l’impact ainsi que la concordance entre les objectifs, les moyens et le contexte. Il a également parlé de trois types d’évaluation : ex-ante, itinéraire et ex-post.

Selon M. Elkadhi, dans le cas tunisien avant la révolution, il n’y a pas eu de véritable évaluation à proprement dit des politiques publiques. Les politiques publiques étaient élaborées de manière unilatérale, sans aucune concertation. Après la révolution et la période de transition, il faut se poser une question déterminante pour cerner quels ont été les objectifs prioritaires de cette période et quelles étaient les politiques publiques mises en œuvre pour les atteindre.

M. Elkadhi souligne qu’il faut d’abord, définir le contexte en établissant la situation dans laquelle se trouvait l’Etat, mais aussi la situation de nos pays voisins, ce qui affecte directement nos exportations.

Il faut, également, selon lui activer le rôle des think-tanks, et mener des analyses coûts-bénéfices et apprendre à faire des diagnostics crédibles pour plus de transparences au niveau des statistiques fiables.

Enfin M. Elkadhi, met l’accent sur l’idée de la nécessité d’aller vers l’extérioration  des évaluations. Ceci devrait idéalement être fait par des instances indépendantes et non par l’administration elle-même qui ne pourrait être à la fois juge et partie.

À propos Bilel MANAI

Bilel MANAI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top